Traitement de la colonne vertébrale calcanéenne : que peut-on faire pour soulager la douleur ?

Traitement de la colonne vertébrale calcanéenne : que peut-on faire pour soulager la douleur ?
5 (100%) 2 vote[s]

Qu’est-ce que la colonne calcanéenne ?

Lorsque vous avez des douleurs au talon, il est courant de supposer qu’elles sont causées par une colonne calcanéenne, un état du pied créé par une croissance osseuse appelée dépôt de calcium qui s’étend entre l’os du talon et l’arc plantaire. Les épines du talon commencent souvent à l’avant du talon et affectent éventuellement les autres parties du pied.

Une colonne calcaire est un dépôt de calcium qui provoque une protubérance osseuse sur la face inférieure de l’os du talon ; aux rayons X, la colonne calcanéenne peut s’étendre vers l’avant jusqu’à un demi-pouce ; en l’absence de preuves radiographiques visibles, la maladie est parfois appelée « syndrome de la colonne calcanéenne » ou « colonne Lenoir ».

Bien que les épines du talon soient souvent indolores, elles peuvent causer des douleurs au talon et sont fréquemment associées à la fasciite plantaire, une inflammation douloureuse de la bande fibreuse du tissu conjonctif (fascia plantaire) qui s’étend à la base du pied et relie l’os du talon à la plante du pied.

La détection des épines du talon peut être difficile ; les épines du talon ne causent pas toujours de la douleur, et la douleur au talon n’est pas toujours liée aux épines. Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur les épines calcanéennes et consultez votre médecin si vous avez une douleur au talon qui ne s’estompe pas ou qui empire avec le temps.

Comprendre l'épine calcanéenne : schéma de l'anatomie du pied
Comprendre la colonne calcanéenne : schéma de l’anatomie du pied

Les traitements pour la colonne calcanéenne et les affections connexes comprennent l’exercice physique, les orthèses faites sur mesure, les anti-inflammatoires et les injections de cortisone, et si les traitements conservateurs échouent, la chirurgie peut être nécessaire.

Causes de la colonne calcanéenne

Les épines du talon sont souvent causées par une tension sur les muscles et les ligaments du pied, un étirement du fascia plantaire et des déchirures répétées de la membrane qui recouvre l’os du talon. La colonne calcanéenne est particulièrement fréquente chez les athlètes dont les activités comprennent de nombreuses courses et saut.

Les facteurs de risque de la colonne vertébrale calcanéenne comprennent :

  • Anomalies de la marche qui exercent une tension excessive sur l’os du talon, les ligaments et les nerfs près du talon.
  • Courir ou faire du jogging, surtout sur des surfaces dures.
  • Chaussures mal ajustées ou très usées, en particulier celles qui n’ont pas un bon support pour la voûte plantaire.
  • Surpoids et obésité

D’autres facteurs de risque associés à la fasciite plantaire comprennent :

  • Augmenter l’âge, ce qui réduit la flexibilité du fascia plantaire et amincit le coussinet de protection du talon.
  • Diabète
  • Passez la majeure partie de la journée debout.
  • Des périodes d’activité physique fréquentes et courtes.
  • Avoir les pieds plats ou de hautes voûtes plantaires.

Symptômes de la colonne calcanéenne

L’épine calcanéenne ne cause souvent aucun symptôme, mais l’épine calcanéenne peut être associée à une douleur intermittente ou chronique – surtout pendant la marche, le jogging ou la course – si l’inflammation se développe au point de formation de l’éperon.

De nombreuses personnes décrivent la douleur de la colonne calcanéenne et de la fasciite plantaire comme un couteau ou une épingle qui s’enfonce dans la partie inférieure du pied lorsqu’elles se lèvent pour la première fois le matin – une douleur qui se transforme ensuite en une douleur sourde – et se plaignent souvent que la douleur aiguë réapparaît après un long moment d’assise.

Traitements non chirurgicaux de la colonne calcanéenne

La douleur au talon associée à la colonne calcanéenne et à la fasciite plantaire peut ne pas bien réagir au repos ; si vous marchez après une nuit de sommeil, la douleur peut s’aggraver lorsque le fascia plantaire s’allonge soudainement, s’étire et tire sur le talon ; la douleur diminue souvent lorsque vous marchez ; mais vous pouvez ressentir une récidive après un long repos ou une longue marche.

Si vous avez des douleurs au talon qui persistent pendant plus d’un mois, consultez un professionnel de la santé.

Il ou elle peut recommander des traitements conservateurs tels que :

  • Exercices d’étirement
  • Recommandations de chaussures
  • Rouler ou sangler pour reposer les muscles et tendons sollicités.
  • Inserts pour chaussures ou appareils orthopédiques
  • Thérapie physique
  • Attelles de nuit

La douleur au talon peut être traitée avec des médicaments en vente libre comme l’acétaminophène (Tylenol), l’ibuprofène (Advil) ou le naproxène (Aleve) ; dans de nombreux cas, une orthèse fonctionnelle peut corriger les causes de la douleur au talon et à la voûte, comme les déséquilibres biomécaniques ; dans certains cas, on peut utiliser un corticoïde pour traiter l’inflammation dans cette région.

Traitement de la colonne calcanéenne par chirurgie

Plus de 90 % des gens s’améliorent avec des traitements non chirurgicaux ; si un traitement conservateur ne parvient pas à traiter les symptômes de la colonne calcanéenne après 9 à 12 mois, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour soulager la douleur et restaurer la mobilité ; les techniques chirurgicales comprennent :

  • Dégagement du fascia plantaire
  • Enlèvement d’un éperon

Des tests ou examens préopératoires sont nécessaires pour identifier les meilleurs candidats, et il est important de suivre les recommandations postopératoires concernant le repos, la glace, la compression, l’élévation du pied et le temps nécessaire pour placer du poids sur le pied opéré. Dans certains cas, il peut être nécessaire que les patients utilisent des bandages, des attelles, des plâtres, des chaussures de chirurgie, des béquilles ou des cannes après chirurgie.

Les complications possibles de la chirurgie du talon comprennent la douleur nerveuse, la douleur récurrente au talon, l’engourdissement permanent de la région, l’infection et les cicatrices et, avec la libération du fascia plantaire, il existe un risque d’instabilité, de crampes au pied, de fracture de stress et de tendinite.

Prévention de la colonne calcanéenne

Vous pouvez prévenir l’épine calcanéenne en portant des chaussures bien ajustées avec semelles amortissantes, jambes rigides et talons compensées ; en choisissant des chaussures appropriées pour chaque activité physique ; en faisant des exercices d’échauffement et d’étirement avant chaque activité ; et en faisant les cent pas pendant les activités.

Évitez de porter des chaussures avec une usure excessive des talons et des semelles, et si vous faites de l’embonpoint, perdre du poids peut aussi aider à prévenir l’ostéosynthèse.

La prévention de l’éperon calcanéen exige une attention accrue à la santé globale de vos pieds, alors gardez à l’esprit le stress quotidien que vous placez sur vos pieds et assurez-vous de les reposer à la fin de la journée.

La marche, l’exercice ou le port de chaussures qui causent des douleurs au talon peuvent entraîner des problèmes à long terme tels que des éperons calcanéens. Si vous ressentez des douleurs au talon après une activité, mettez de la glace sur la zone et laissez votre pied se reposer jusqu’à ce que la situation s’améliore.

Douleur au talon et à la colonne calcanéenne

Est-ce qu’ils causent toujours des douleurs au talon ?

Non. Il est possible d’avoir un éperon calcanéen – une croissance osseuse qui commence habituellement à l’avant de l’os du talon et pointe vers la voûte plantaire – sans s’en rendre compte. Les éperons du talon ne causent pas toujours de douleur.

Les éperons calcanéens surviennent chez au moins la moitié des personnes atteintes de fasciite plantaire (PLAN-tur fas-e-I-tis), une affection douloureuse touchant le tissu épais qui s’étend entre l’os du talon et les orteils.

Dans le passé, les médecins pratiquaient souvent des interventions chirurgicales pour enlever les épines du talon, croyant qu’elles sont la cause de la douleur associée à la fasciite plantaire ; dans le traitement de la fasciite plantaire, les médecins comptent davantage sur la glace, les orthèses, la physiothérapie et les analgésiques et la chirurgie est rarement effectuée.

La fasciite plantaire et la colonne calcanéenne : quels liens ?

Les épines du talon sous la plante du pied (zone plantaire) sont associées à une inflammation du fascia plantaire (fasciite), le tissu en forme de corde d’arc s’étirant sous la semelle qui se fixe au talon. Les épines du talon provoquent une sensibilité localisée et la douleur s’aggrave lorsque vous descendez sur le talon.

Les épines du talon et la fasciite plantaire peuvent survenir seules ou être liées à des maladies sous-jacentes qui causent l’arthrite (inflammation articulaire), comme l’arthrite réactive (autrefois appelée maladie de Reiter), la spondylarthrite ankylosante et l’hyperostose idiopathique diffuse du squelette (DISH) Il faut savoir que la colonne calcanéenne peut ne pas causer de symptômes et peut être découverte accidentellement lors des examens radiologiques effectués dans un but autre.

Quelle est la différence entre la colonne calcanéenne et la fasciite plantaire ?

Il existe une nette différence entre la colonne calcanéenne et la fasciite plantaire, mais les deux sont étroitement liées : une colonne calcanéenne est une protubérance osseuse qui se produit à partir de la base du talon le long du fascia plantaire ; sa taille varie, mais ne dépasse généralement pas un demi-pouce ; la colonne calcanéenne peut ne pas présenter de symptômes et est souvent détectée aux rayons X.

La fasciite plantaire est une affection douloureuse dans laquelle un processus inflammatoire se produit lorsque la fasciite plantaire s’attache au talon en raison d’une force anormale placée sur celui-ci ; les choses qui peuvent causer une force anormale sont le poids excessif, la surutilisation ou le port de chaussures sans arche de soutien.

La fasciite plantaire s’estompe habituellement d’elle-même avec le temps, quel que soit le traitement épine calcanéenne sera là tout le temps, à moins qu’une intervention chirurgicale ne soit nécessaire, mais heureusement, la chirurgie est rarement nécessaire.

Comment les professionnels de la santé diagnostiquent-ils les épines calcanéennes ?

Les épines du talon sont diagnostiquées en fonction des antécédents de douleur et de sensibilité situés dans la zone de lésion osseuse, spécifiquement identifiés lorsqu’il y a une sensibilité localisée au bas du talon, ce qui rend difficile la marche pieds nus sur les tuiles ou les planchers de bois, et un examen radiographique du pied est utilisé pour identifier la proéminence de l’os (calcanéus) du talon.

Examen médical

Après avoir décrit vos symptômes et discuté de vos préoccupations, votre médecin examinera votre pied.

Votre médecin recherchera ces signes :

  • Une grande arche
  • Une zone de sensibilité maximale sur la partie inférieure du pied, juste devant l’os du talon.
  • Douleur qui s’aggrave lorsque vous fléchissez le pied et que le médecin appuie sur le fascia plantaire ; la douleur s’atténue lorsque vous pointez vos orteils vers le bas.
  • Mouvement limité de la cheville vers le haut.

Tests médicaux et imagerie médicale

Votre médecin peut demander des examens d’imagerie pour s’assurer que la douleur au talon est causée par une fasciite plantaire et non par tout autre problème.

Rayons X

Les radiographies fournissent des images claires des os, sont utiles pour éliminer d’autres causes de douleur au talon, comme les fractures ou l’arthrite, et les épines du talon peuvent être vues sur une radiographie.

Autres tests d’imagerie

D’autres examens d’imagerie, comme l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et l’échographie, ne sont pas couramment utilisés pour diagnostiquer la fasciite plantaire et sont rarement prescrits, et l’IRM peut être utilisée si la douleur au talon n’est pas soulagée par un traitement initial.

&nbsp ;