Les marques de mode du luxe de plus en plus écologiques

Chaque secteur se doit de réduire au mieux son empreinte carbonique sur la planète, et le monde de la mode ne fait pas exception à la règle. Bonne nouvelle, les fashionistas se tournent de plus en plus vers les marques respectant une éthique environnementale motivant ainsi la majorité des marques à poursuivre vers cette voie.

A l’occasion de la célébration de la cinquantième année de la Journée de la Terre le 22 Avril 2020, le secteur de la mode a admis avoir influencé négativement le devenir de l’environnement. Cette prise de conscience a poussé les professionnels du secteur à se lancer dans la modification de certains modes de production nocifs et l’expérimentation de nouvelles façons de présenter les collections au fil des saisons. Eradication de la fourrure animale, mise en avant de concepts éthiques et sans carbone ou encore élimination des déchets de manière durable, les grandes marques de la mode de luxe redoublent d’imagination pour mener à bien leur transition vers le vert. Certaines d’entre elles sortent du lot grâce à leurs nouvelles idéologies qui les ont placées au cœur des projecteurs.

Stella McCartney : un mariage à succès entre la durabilité et la mode

La prestigieuse marque plaide pour la planète en affirmant que, bien loin d’être une simple tendance, la durabilité fait intégralement partie de l’avenir de la mode et se traduit par un véritable état d’esprit. La créatrice britannique Stella McCartney, conseillère personnelle du CEO de LVMH en matière de développement durable, a en effet lancé un appel à la prise de conscience et à l’aide de la sauvegarde de la planète au cours de son défilé du 30 Septembre 2019. Pionnière de la mode éthique depuis ses débuts, la marque a toujours privilégié les ressources naturelles dans l’élaboration de ses collections tout en bannissant les matières et produits à base animale comme la fourrure, la peau, le cuir, les plumes, la colle animale, etc. Considérant que le gaspillage est un échec du design, la créatrice est cependant consciente que la transition vers cette durabilité prend du temps et que cette éthique nécessite de privilégier la qualité au détriment de la quantité.

Ce qui est sûr c’est que l’association entre Stella McCartney et LVMH a sans aucun doute boostée le positionnement de cette dernière réputée à la traîne en matière d’écoresponsabilité par rapport à la maison Kering, sa plus grande concurrence.

Gucci, première en terme de respect de l’écologie

Grâce au lancement de son sac en cuir « zéro déforestation » et le succès de ses nombreux produits centrés sur le respect environnemental comme les ballerines en plastique biodégradable et les semelles écologiques, la marque Gucci est l’une des entreprises du secteur à avoir opéré des changements aussi radicaux et rapides pour réduire son empreinte écologique. Suite à la sortie de ses lunettes entièrement élaborées avec des ressources écologiques, son prochain grand projet consiste à mettre en place un système de livraison à l’aide de véhicules électriques. Ces multiples initiatives aussi innovantes que durables lui ont valu le titre de la première entreprise de mode la plus durable au monde. Par ailleurs, son appartenance au prestigieux groupe mondial de luxe Kering en fait un participant au mouvement « Fashion Pact » du sommet G7 souhaitant réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre de sa chaîne d’approvisionnement d’ici 5 ans.

Versace rejoint le mouvement de bannissement de la fourrure animale

En soutien à la cause animale et à la recherche de meilleures solutions de production, la créatrice Donatella Versace a énoncé lors d’une interview pour le magazine The Economist 1843 que la véritable fourrure animale ne sera plus jamais utilisée au sein de sa maison de couture. Cette volte-face de Versace, considérée comme une réelle déception pour la Fédération Internationale de la fourrure, relève l’image de la marque longtemps critiquée par les associations de défense des animaux pour ses manteaux de fourrure de vison, de renard et de chien viverrin. Sa grande influence associée à celles d’autres protagonistes comme Ralph Laurent, Calvin Klein ou encore Hugo Boss pourraient accélérer la fin du commerce de fourrure.

Prada lance le concept du nylon écologique

Le lancement de sa collection printemps-été 2020 a été pour la maison Prada d’annoncer l’éradication définitive de la fourrure dans ses collections. Bien qu’elle ne soit pas réputée pour ses actions à 100% écoresponsables, la marque d’Aldo Carpinteri a su marquer les esprits avec la création de la collection capsule Re-Nylon présentant des accessoires emblématiques de la maison sous un matériau regénéré : l’Econyl. Ce tissu, issu du processus de recyclage et de purification des déchets plastiques, symbolise les nouvelles valeurs écologiques de la marque Prada.

Soutenir le mouvement écologique avec les grandes marques

« Le respect de l’environnement ne sera bientôt plus une option, mais une obligation ». Ce fait s’applique désormais à tous les aspects de la vie de la société reconnue comme étant de plus en plus consommatrice au fil des années. Il est désormais possible de participer à la préservation de la planète tout en augmentant sa collection de pièces uniques et accessoires de luxe grâce à l’émergence de multiples plateformes en ligne spécialisées dans le développement des projets de mode circulaire tel que re-Sell e rent comme le site modes.com de Aldo Carpinteri. Ces boutiques proposent des vêtements, accessoires, chaussures et sacs de luxe authentiques issus des dernières collections des grandes marques de la mode comme Prada, Balenciaga, YSL, Maison Margiela, Marni, etc.